Eugène Delacroix, La Matière ardente

Par : Eugène Delacroix, Christine Peltre

Publié par: Nouvelles éditions Scala

Sollicité par un critique pour concourir à un ouvrage sur «les artistes modernes», un peintre, Maxime A., rassemble ses souvenirs sur Delacroix lors de rencontres dans différents lieux.

À Nohant, chez George Sand, dans la demeure où s'écrit Consuelo, le parc du Berry, peuplé de roses et de rossignols, se prête aux dialogues esthétiques entre «bohémiens». La venue à Paris de la galerie indienne de George Catlin, en 1845, est une autre occasion de croiser le peintre des Natchez qui, dans ses croquis, offre son interprétation personnelle du «sauvage». À la Bibliothèque de la Chambre des députés, dans l'hiver de 1847, l'auteur des grands décors éclaire le déploiement de ses idées. Plus tard, au Jardin des Plantes, Delacroix puise comme dans une réserve les souplesses félines de son trait. Devenu plus proche de l'artiste, Maxime revoit avec lui dans son atelier de la rue Notre-Dame-de-Lorette, les dessins du voyage au Maroc qui vont l'entraîner lui-même en Orient et susciter d'autres impressions, rapportées au retour dans la maison de Champrosay. La visite à l'Exposition universelle de Metz, en 1861, témoigne enfin du rayonnement de Delacroix dans la ville qui acquiert un de ses tableaux.

Dans le vif du quotidien, en des lieux qui marquent la mémoire du XIXe siècle, Maxime dévoile peu à peu le portrait du maître qu'il s'est reconnu, esquissé avec ses mots et son œil. La littérature et sa rivalité avec la peinture, l'expression scénique de l'idée, la passion de la nature, la révélation d'un autre monde dans la lumière orientale, l'intensité du sentiment religieux : autant de thèmes qui composent la palette des souvenirs, unifiés dans la quête d'un éclat, celui de la «matière ardente».

  • 17€
  • Broché
  • 14.0 x 20.0 cm
  • 144 pages
  • 7 illustrations
  • Paru en : Septembre 2012
  • ISBN : 9782359880724
  • Disponibilité : Disponible